Arrogance

« natures bondage » de Lisa Sweet

N.B. : ce texte est une archive de mon blog personnel. Il a été initialement publié le 15 août 2010.

Par moment, mon esprit s’évade par l’écran lustré qui trône devant moi, je me recroqueville et je laisse mon cœur suivre le fil de mes pensées. Alors il intervient, comme un chat qui n’est jamais très loin, et me rappelle au présent.

Toujours à la recherche de mon oxygène si particulier, je laisse les jours s’écouler presque insensiblement. Même si mon cœur explose chaque soir, au sein de notre palais, et qu’autour de nous résonne Dredg, ou encore Tehni, parfois, encore, je me recroqueville, telle une petite araignée.

Les écrits les plus forts sont peut-être ceux que l’on publie – après il faut juste oser. Vaut-il mieux se taire ou prendre le risque d’être arrogant ? Certains le sont précisément quand ils se taisent, c’est un comble…

Nos émois sont faits de ça, tu sais. Red roses for the Devil’s whore, des souvenirs poussiéreux non dénués d’éclat, que je convoque parfois.

Tout ce qui était n’est plus ; tout ce qui sera n’est pas encore.

Alfred de Musset