Nehl Aëlin Ghost of a Child

Folie enfantine

Nehl Aelin - Ghost of a Child

Note :
4/5
Votre note : 1/5 : à éviter !2/5 : très moyen !3/5 : intéressant !4/5 : très bien !5/5 : indispensable ! 3 votes. Moyenne : 5,00 sur 5.
Loading...Loading...

Aelin signifie lac en elfique. Une phrase qui présente bien la dame et son univers féeriquement étrange. Ghost of a Child est son second album, il nous conte l’histoire d’une petite fille qui est morte mais qui, au début du disque, n‘en a pas encore pris conscience.
Un concept album qui se découpe en 3 actes.
Un univers triste, mais à la fois drôle, déjanté et émouvant. Chaque titre est un univers musical à lui seul. On notera notamment le génial « Coldness », sorte de conte sonore pour enfant plein de larmes et de monstres, « Hallucinogenic », instrumental barré, le bizarre et fantomatique « Enchanting Ballet », spectacle sonore raconté par la chanteuse ou encore « 17h24 » (heure de la mort de la petite fille) sorte de cirque qui tourne au cauchemar.

Le piano, instrument central interprété par Nehl Aëlin, est accompagné d’un violon, d’un violoncelle et d’une basse. Quelques percussions et rythmes électro animent le tout et entraînent l’auditeur dans un univers décadent qui n’est pas sans rappeler Danny Elfman.

En plus de savoir jouer du piano à merveille, la dame possède une voix divine et aérienne, capable de s’adapter et de se transformer selon les ambiances : voix enfantines, voix de monstres («Coldness ») , chœurs plein d’émotions (« The Late Lamented »), voix de diva (« Silence ») ou encore voix classique (« Labyrinthine Perception »).

Enfin, comment de pas souligner l’artwork remarquable qui représente très bien l’ambiance « Tim Burton » de l’album. On y retrouve un drôle de médecin, un méchant clown, un nounours triste, un manège un peu bizarre et le petit lapin bleu qui, au début de l’album, emmène la fillette là où elle prendra conscience de sa triste fin.

Childhood Childhood
Is haunted by bloody dolls
Little RABBIT creeps into the heavy SILENCE
GOD show me where I have to go to escape from this fetid coil
I’m tired of wandering about like a lost soul
Lost child
-« Coldness »-