Tomasz Alen Kopera Surréalisme magique

« 11l » de Tomasz Alen Kopera

Une brume mystérieuse enveloppe chacun des tableaux de Tomasz Allen Kopera. S’agit-il de nuages, ou bien de brouillard, ou encore d’un effet de flou artistique, dans lequel notre regard cherche à démêler le mythe ?

Chaque toile est une fenêtre sur un ailleurs irréel, où prévaut une espèce de surréalisme magique. Un déluge de couleurs pastels recouvrent des personnages – faits de chair, de pierre ou de bois –, dont les contours tendent à s’émousser dans le lointain de nos rêves.

Le végétal surgit toujours comme une soudaine lueur d’espoir dans la mélancolie. Couronnant ce couple de statues enlacées pour l’éternité, ou subsistant en plein milieu d’un désert rocailleux, comme par enchantement. Ces quelques nuances de vert font ressortir tout le nuancier mauve dont use et abuse Alen Kopera.

Il était une fois, ailleurs…